Obtenir un financement pour la réalisation d’un long métrage relève du parcours du combattant. Alain ETOUNDI en a fait les frais et a vu sa demande refusée par le CNC.

Son projet intitulé Un frère comme moi, est un film qui s’inscrit dans le registre tragédie sociale et politique. N’ayant pas encore vu la moindre image du projet, on peut parier que l’aspect « communautaire » fait tâche au milieu des comédies consensuelles et aux films dramatiques mous du genoux habituellement supportés par le CNC, Canal+ ou Orange.

Sans adopter une quelconque posture victimaire, le réalisateur répond en vidéo avec justesse aux institutions à l’aide d’images calibrées et de références cinématographiques pertinentes. Durant 7 minutes, les trois principaux personnages du film se suivent dans de courtes séquences en balançant leurs répliques affutées. L’exercice est parfois facile, parfois subtil mais assez bien amené. Toujours est il, il fait mouche.

Cette histoire est intéressante à bien des égards. D’une part, cette histoire révèle une fois de plus la frilosité du cinéma français vis à vis du traitement réservé aux minorités et aux populations issues des quartiers. En effet, celui ci n’est toléré que par le biais de comédies (brandées et markétées) ou de dramas caricaturaux.  Et c’est là que ce situe le combat de ce réalisateur. Assisterons nous à l’émergence d’un cinéma (de qualité) capable de contourner les nombreux obstacles à l’aboutissement d’un projet? Rien n’est impossible. Il y a quelques années, qui aurait parié un billet sur la tête de quelques banlieusards énervés capables de monter leurs labels indépendants et ce, avec succès. Affaire à suivre, donc.

"un frère comme moi" Alain ETOUNDI "un frère comme moi" Alain ETOUNDI

Vous avez aimé? Faites tourner!
Restons en contact ! Inscrivez vous à la WANKR Newsletter !
Je m'inscris

6 Réponses

  1. Rainman

    Le CNC n’aide pas les comédies françaises balourdes donc vos accusations tombent à l’eau. D’autres films parlant aussi de la banlieue ont été soutenus aussi bien par le CNC que Canal+ comme Divines, Chouf, les Héritiers, Bande de Filles, Fatima etc…
    Et si le projet de cet auteur n’était tout simplement par à la hauteur ? Tout simplement ?
    C’est très dur d’obtenir le CNC.

    Répondre
    • Charles Eloidin

      Bonjour, nulles accusations dans cet articles, juste un simple constat quand à la difficulté de financer ce type de film. Après cette vidéo reste avant tout une habile manière de faire le buzz sur ce projet et lui apporter de la visibilité. En voyant la manière dont l’article et la vidéo ont été partagés durant le weekend, je pense que l’auteur a réussi (en parti) son pari.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.