C’est un secret pour personne. Le Street Art, le graffiti ou l’art urbain quelque soit son nom, fait les beaux jours de quelques galeristes et par extension de quelques artistes depuis quelques années. Certains s’en tirent à bon compte, d’autres galères depuis des années. Allez savoir pourquoi! Quelles sont les clés du succès et quelles sont les pièges à éviter? Tout autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre ici avec l’aide précieuse du Professeur Darnell Von Wankaz qui rappelons le, enseigne et exerce à la faculté de Médecine de Greenwich dans le Connecticut. Selon lui, le succès est à la portée de tous. Tout est question d’attitude, de convictions personnelles et de contexte. Décryptage.

max-spray-mr-brainwash

Mr Brainwash


1- SAGE REBELLE TU SERAS
L’histoire nous l’a prouvé et nous le prouve encore, nul besoin d’avoir un passé estampillé hardcore et/ou « authentique » pour percer dans ce milieux. Tes 25 ans de carrière dans le vandalisme ne t’octroieront pas d’office une place sur le trône. Je sais , dur à avaler de voir arriver des « petits merdeux » (talentueux ou non) sortir d’écoles d’art te coiffer au poteau et truster les meilleurs plans expos. C’est pourtant simple. Ce que recherchent les galeristes, en bons businessmen qu’ils sont, c’est un minimum de vagues pour un max de profits. Donc ton passé Thug, tu le mets de coté et tu souris à la dame, ça sera déjà un bon début. Parce qu’au final, c’est celui qui détient le carnet de chèque qui décide de la tendance. Pas toi.


2- SOIS RÉALISTE
Tu ne peins pas pour faire plaisir tes potes, mais pour l’oseille! Réveilles toi! L’authenticité et la street credibility n’ont jamais rempli le frigo, c’est connu. Combien de mecs réalisent des œuvres dans l’unique but de les refourguer à leur entourage ou juste se faire plaisir? Un paquet! Résultat des courses, ça vivote et ça tourne en vase clos en bas des tours. Donc réveil! Tes potes sont aussi fauchés que toi. Exemple : une toile vendue 150 euros payée en 3 fois (sans frais) aurait du te mettre la puce à l’oreille, non? Alors sois pragmatique et change de crèmerie. Tu fais dans le joyeux, l’émotionnel facile à comprendre et pas trop polémique. Juste mollement contestataire (références aux vagues cités en point 1) CQFD : jamais de religion!


3- VA FALLOIR FAIRE AVEC
street art aux encheresLa clientèle s’intéressant au « street art » a changé. Il y a peu, seuls quelques collectionneurs avisés s’y intéressaient. Je fais référence aux acheteurs prompts à mettre 3 ou 4 zéros sur un chèque pour acquérir une pièce. Aujourd’hui, les acheteurs n’y connaissent souvent que dalle et le background de l’artiste importe peu. Ce qui compte, c’est la bio lue à la va vite en salle des ventes et de miser sur un cheval qui prendra (comme par magie) de la valeur avec le temps. Et par la même occasion DÉ-FIS-CA-LI-SER en achetant pour le compte de sa boîte. Tu piges? Et ouais mec, t’es plus ou moins du bétail dans ce game et va falloir l’accepter, c’est le jeu. Mais c’est pas grave, c’est gagnant gagnant : parce que tu bouffes aussi! Le fait de savoir si ça va durer, là c’est un autre problème…


Peindre une série de Mickey jouant avec un concombre lubrifié ne suffira pas si tu veux choquer le bourgeois.


4- MARQUER LES ESPRITSlart-est-inutile-ben
Les têtes de gondoles du secteur savent de quoi je parle. Tel le clébard, il va falloir défendre ton territoire et montrer les crocs. En clair, prévoir des opérations « choc » afin de faire parler de toi. Pour cela, rien de plus simple : attaquer de façon spectaculaire et outrageuse des symboles forts. Bon, je n’ai pas de réponses toutes faites donc va falloir creuser de ton coté. Peindre une série de Mickey jouant avec un concombre lubrifié ne suffira pas si tu veux choquer le bourgeois. Le populo, lui sera choqué, mais on s’en branle car il est pauvre. Bon, je te vois en train de creuser, alors une petite piste, c’est cadeau : déboule au Louvres et inscrit « J’encule l’Art » sur un classique à la bombe rose. Oui je sais : 1 : si t’aimes l’art, ça fait mal au cœur / 2 : faut pas se faire serrer (quoique) / 3 : faut assumer le backlash mondial.
Mais faut savoir ce que tu veux, hein! Le jour même le Huffpost, le New York times et Telerama se penchent sur ton cas. Et consécration suprême, 3 jours après la garde à vue, interview web chez Mouloud Achour et le week end suivant t’es chez Ruquier. En gros t’es la « nouvelle sensation » et les galeristes frémissent. Du coup, Jackpot quasi assuré! Merci qui?


5- ENTRETENIR LE MYSTÈRE
En gros faire parler et faire planer le mystère sur ta personne. Jouer au mec insaisissable. Au sympathique artiste connard difficile à cerner, potentiellement entubable. Exemple : le plus bankable des street artists entretien le mystère sur son identité. Ok. S’agit il du voisin? D’un chanteur connu ou soyons fous, d’un collectif? On s’en branle en réalité. Seul le mystère fait vendre! Encore plus lorsqu’il est orchestré par d’habiles storytellers (suis mon regard). Ce qui nous ramène à un vieux dicton que je te conseille de garder à l’esprit : « Ne jamais laisser la vérité gâcher une belle histoire. » Tu me suis?


6- IMPOSER SON STYLE
Avoir son propre style et être rapidement identifiable est impératif. Ce n’est pas à toi que je vais l’apprendre, toi qui peins depuis des lustres. Mais je ne sais pas pourquoi, mon petit doigt me dit qu’il faut que je te le rappelle. Ben oui, parce que sur toile, les clones sont quand même assez nombreux. Entre le références pop art hyper cramées, les Banksy au rabais et les avalanches de coulures, je suis un peu perdu là… N’y aurait il pas un complot visant à uniformiser ce joyeux bordel? Je déconne. Mais les prises de risques sont trop peu nombreuses pour des mecs qui n’hésitaient pas (à l’époque) à faire preuve d’audace dans leurs actions illégales et/ou picturales. Just sayin…

Source : MC Street-art

Source : MC Street-art


7- EDITE UN BOUQUIN À TA PROPRE GLOIRE! (en série limitée)
Je sais c’est tout con, voire un peu bateau. Mais il n’empêche que ça fonctionne (et plutôt bien!). A l’heure du tout numérique sortir du lot n’est pas simple. Marquer les esprits avec sous le bras un livre retraçant ton parcours et ton style, qui de surcroît, est dispo chez Colette te garanti une entrée dans la 4eme dimension. Parce qu’un site internet c’est bien, mais honnêtement qui les consulte? Une page facebook? C’est primordial pour la poudre aux yeux et pour l’intéraction au quotidien avec tes « fans ». Pareil pour Insta. Mais un putain de bouquin à la touche Arty, ça renvoit à une certaine crédibilité. Oui monsieur!


8- PENSER MONDIAL
Non, diffuser massivement des photos de tes dernières productions locales sur le net ne fera pas de toi une star internationale! Pour la jouer worldwide, va falloir se bouger le cul et voyager un peu! Une prod à l’autre bout du monde, ça fait son petit effet. Si en plus cela peut être ponctué par des anecdotes croustillantes du genre, j’ai défoncé au tag un temple caché au fin fond de la jungle, c’est top!


9- THINK BIGGER!
Le truc du moment c’est de faire dans le monumental. Façades d’immeubles, maisons, usines, boeing, tout y passe. En règle générale, l’écho suscité par ce genre de démarches est souvent positif. Ajoutes y une touche provoc « sympa sympa », la presse relaiera l’info auprès de l’opinion. Ce qui ne peut avoir qu’un impact positif sur ta carrière. En plus c’est parfois payé…

tour-paris-13


Parler « propre » et ne pas être trop regardant sur l’éthique de certaines marques et institutions voulant surfer sur la vague de ton talent.


10- AUTANT LA JOUER « MERCENAIRE »
champagne
Va falloir s’habituer au beau linge et aux coupes de champagne. Penser à un éventuel relooking, quoiqu’en vernissage, le survêtement taché a un coté exotique. Parler « propre » et ne pas être trop regardant sur l’éthique de certaines marques et institutions voulant surfer sur la vague de ton talent. Pollueurs? esclavagistes? Corrompus? Fachos? No problemo. Apprends à balayer du revers de la main toutes critiques acerbes. Tu prends l’argent et avant tout, ceci est au nom du cause noble : L’ART, BORDEL !


CONCLUSION :
Partant du principe que les faits énoncés plus haut, font preuve d’autorité scientifique, donc irréfutables, je ne saurais que trop vous recommander de suivre tous ces points à la lettre. Le chemin vers la gloire est long et difficile. Mais si vous êtes prêts à donner de votre personne, il n’y a pas de raison pour que ça foire. Pour plus de détails et questions, n’hésitez pas à écrire au Professeur qui à n’en point douter, vous prodiguera les conseils nécessaires à votre réussite! Contact : darnellvwankaz@wankr.fr


Vous avez aimé? Faites tourner!
Restons en contact ! Inscrivez vous à la WANKR Newsletter !
Je m'inscris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.