À l’heure du tout slim et de l’omniprésence du streetwear, certains restent attachés à une forme d’élégance en voie d’extinction. Un lifestyle chic à l’esprit street.

Qui es-tu Logan O’Malley ?
*De 2007 à 2013, je rappais dans le groupe parisien “Octobre Rouge”, je porte ce nom depuis cette époque. Après 3 albums autoproduits, j’ai fait un album solo où le concept était de  prendre uniquement des samples de film français des années 70-80. C’est à partir de là que j’ai adopté une façon de m’habiller plus originale que le baggy-casquette qui commençait à être trop à la mode partout et sur n’importe qui. Puis la vie m’a porté vers Bruxelles, où je suis devenu Habilleur-conseil chez Panama-Gomina. Je fais du relooking pour hommes et je suis Personal shopper pour les femmes dans ce style que j‘ai nommé, le GranDandytisme Frenchteush.

Peux-tu nous donner la définition du GranDandytisme?
«C‘est un style qu’a du style !!! », aurait dit Jean Gabin. Un  mix de classiques du style masculin des années 40 à fin 70’s imprégnées de soul music avec comme seule règle : l’originalité par le style.
Autour d’une mode chic et d‘un esprit street, ce style remet au goût du jour le «dandy», mot malheureusement galvaudé au fil du temps, trop souvent donné au premier venu qui met une simple veste de mauvaise facture avec un pantalon trop court et une écharpe aux mille couleurs, sans toutefois faire preuve d‘une réelle élégance.  Le GranDandytisme Frenchteush, c’est l’art de faire d’un simple costume une tenue classique chic et bien portée, un style unique, qui avec une pince à cravate ou des souliers cirés feront toute la différence d’avec un costume de “travail” porté sans envie ni style mais par contrainte.

logan-frenchteush2

Comment et pourquoi as-tu basculé dans ce style de vie? Il y a quelques années pour toi c’était casquette, basket, baggy, non?
Quand tu te pointes à l’école de tes enfants et que tu constates que les copains de ta progéniture portent les mêmes « Jordan » que toi et le même jogging, tu te remets en question. Est-ce lui qui est habillé comme un adulte ou moi qui suis habillé comme un bambin? La réponse est vite trouvée. J’aime l’expression :
“à chaque âge son image”, car depuis l’avènement du sportswear dans les années 90, grâce, ou à cause du hip-hop, milieu dans lequel j’ai évolué et fait mes premières armes comme je le disais précédemment, on constate que les jeunes garçons ne veulent plus devenir hommes en s’assumant en tant que tel. Ils préfèrent le confort à la rigueur vestimentaire. On dit certes que “l’habit ne fait pas le moine”, mais je rajouterais à ce proverbe que “l’élégance fait l’Homme”. Dans le sens où à partir du moment où l’on commence à se vêtir – que je discerne du mot « s’habiller » (qui est porter des vêtements sans vraiment savoir pourquoi) – on s’affirme, et nombreux sont les témoignages de gens que j’ai habillé et mis dans cette voie qui me disent que le regard qu’on porte sur eux a changé. On ne les voit plus de la même manière, on les « respecte ». Vous souriez, votre manière de marcher est différente, une nonchalance se dégage de votre être, on vous félicite sur votre tenue ! Chose qui arrive rarement en jean et hoodie.  Et pour revenir à ta question, le hip-hop a toujours eu le style rue et un style plus inspiré chic avec des référence au style gangster ou “pimp” des années passées. Que ce soit Nas, 50 cent, Puff Daddy ou plus vers chez nous, Oxmo Puccino, il n’y a pas un rappeur qui ne se soit pas mis une fois un costume pour une séance photo, une remise de prix, un clip, ou un concert car l’élégance est synonyme de réussite, de bien-être et de sagesse. Donc ce changement de style n’en est pas un, il est juste une évolution en gardant toujours les mêmes critères. La casquette “new era” est remplacée par un chapeau ou une casquette en tweed, le jogging par un costume, les gants de golf “nike” par une paire de pilotes en pécari et les sneakers par une paire de Church’s patinées. En 2017, se dire rappeur en portant des vêtements fabriqués par des petites mains sous payées est tout sauf hip hop ! Le pire c’est que certains rappeurs en font un commerce en crachant sur un système qu’ils prennent  soin de bien nourrir.
Malcom X disait: On ne peut penser à être acceptable aux yeux des autres avant de l’être pour nous-mêmes.” Si l’on respecte cette citation, alors il faut se remettre en question quel que soit le milieu (musical ou de mode) d’où l’on vient.

Autour d’une mode chic et d’un esprit street, ce style remet au goût du jour le « dandy ».

Sur les réseaux sociaux sur lesquels tu postes pas mal de photos en compagnie d’autres dandys, je m’aperçois que les femmes sont peu présentes. Où sont-elles, bordel?
Depuis le début de la création, les femmes ont toujours été à la pointe de la coquetterie, même si à notre époque elles ont tendance à fournir de moins en moins d’effort sur leur élégance. Mais en général la femme se “fait belle”, donc elle n’a pas vraiment besoin de mon approbation pour savoir si elle est “Baronne” ou pas, elle le sait. Mais rassure toi, elles sont bien présentes, soit avec un style très glamour, en robe crayon et talons, soit en version garçonne en costume trois pièces et feutre sur la tête. Mais c’est vrai que la mission des “barons” du Grandandytisme Frenchteush est d’être une inspiration pour l’homme et de nombreuses femmes m’écrivent en me demandant des conseils pour améliorer le style de leur homme ou offrent à leur conjoint un swagg dans mon cabinet car elles aiment avoir à leur bras un homme chic qui reste néanmoins très masculin.

logan-frenchteush3

Quelles sont les valeurs véhiculées par ce style de vie?
Lorsque tu vas chez Footlocker ou dans ton Nike store, tu engraisses des actionnaires en achetant des produits qui ne dureront pas plus de trois ans. Quand un “Baron” du Grandandytisme Frenchteush fait ses achats, c’est soit il en a les moyens et il va chez un tailleur artisan qui lui fera son “outfit” sur mesure, soit, comme c‘est mon cas, il a des moyens restreints et dans ce cas il trouve ses “pièces” dans les magasins de seconde main, brocante ou autres Boutique sociale comme Emmaüs. Tout ça pour dire que la première valeur du Grandandytisme est le respect des autres. Quand je trouve un Borsalino à 50 euros, non seulement je vais avoir un style de ouf, mais surtout je participe à une économie parallèle basée sur le principe de partage et de reversement au plus démunis par les biais d’associations comme Oxfam ou l’Armée du salut.

Ce code vestimentaire est tout de même en décalage avec notre époque, n’est-ce pas trop difficile à vivre au quotidien?
« C’est en s’inspirant du passé qu’on prépare un meilleur avenir ».
Au contraire, c’est une nouvelle expérience chaque jour ! Le plaisir de changer d’apparence ! Porter un costume croisé et Borsalino à la Lucky Luciano un jour, puis le lendemain un pantalon patte d’eph’, trois quart cuir et casquette de gavroche version “Mean street”, savoir que l’on va provoquer des réactions diverses dans la rue, être complimenté sur sa tenue… tout ça vous donne la force pour affronter la vie. Quand vous êtes swaggé Frenchteush, vous êtes le héros de votre vie, vous vendez du rêve à tel point que les gens vous prennent en photo !  L’Élégance a toujours été présente, au même titre que le parfum. Est-il démodé de se parfumer ? Le problème c’est que l’industrie du textile a changé tous ses critères, les pantalons sont tous slims, les vestes ne couvrent plus les fesses et les chaussures sont collées et de mauvaises facture. Ce qui fait que le jeune homme qui veut se lancer dans ce style de vie devra débourser énormément pour pouvoir acquérir LE style qu’il désire. Dans le fond ce sont les détails qui changent toute une tenue. Rajoutez à un costume classique gris deux pièces un gilet, une pochette en soie et un couvre-chef et là, la magie opère. Enlevez ces éléments et vous redevenez un type en costume. Comme, à l’heure actuelle,  porter une cravate est un acte révolutionnaire, donc à partir de là… Mais porter le même pull et le même jean toute l’année je trouve ça tellement triste au quotidien que je préfère vendre du rêve avec un peu d’originalité que d’être un lambda parmi les lambdas. Mais je t’invite à vivre l’expérience le temps d’un swagg chez Panama Gomina et tu verras comme les gens aiment voir quelqu’un avec une tenue vestimentaire soignée, plutôt que quelqu’un qui n’y fait pas attention.

Quel regard portes-tu sur la mode actuelle?
La mode actuelle est unisexe et tend largement vers la féminisation de l’homme. Il était le dernier objectif à atteindre par les boîtes de communication en ce qui concerne l’habillement. Certes les hommes coquets ont toujours existé mais rien que ce mot a une connotation légèrement efféminé lorsqu’on l’emploie.  Du coup on a créé le métrosexuel, l’homme qui s’épile, qui va chez la manucure et passe plus de temps dans les salles de musculation qu‘à connaître l’intérieur de son moteur ou à bricoler le dimanche comme les darons que j’ai connu à l’époque. On veut qu’il consomme car contrairement à la femme qui fait des achats compulsifs, l’homme a toujours été simple dans sa façon de s’habiller. Pour lui, trois pantalons, cinq chemises et deux pulls par an et l’activité shopping était terminé, alors qu’aujourd’hui, on le veut consumériste et fashion. Et vu que 3 femmes sur 4 habillent leur conjoint, c’est avant tout à elles que les vêtements doivent plaire donc l’industrie du textile fait en sorte de créer des vêtements pour homme avec des références plus féminines. On ne veut plus distinguer l’homme de la femme et bientôt les hommes porteront des jupes (et ne venez pas me parler du kilt ou des jupes japonaises inspirées des kimonos qui sont des vêtements “traditionnels” conçus pour la gente masculine), ou des robes pendant que la femme moderne et indépendante qui finalement peut s’en sortir toute seule se masculinise en portant les mêmes vêtements que ces homologue masculins. Le souci de cette mode c‘est qu’elle est chère et de mauvaise qualité, souvent fabriquée par des pays ou les conditions légales d’hygiène et de travail ne sont pas respectées. Et générant une grande marge bénéficiaire pour les distributeurs qui produisent à outrance sans aucun respect de l’environnement (le bleu des jeans polluent des rivières entières par exemple), ni des êtres humains. C’est un peu les riches du nord contre les pauvres du sud. Cette mode est basée sur le principe du “vers le bas”. Il y a dix ans à part les punks qui aurait porté un jean à trou? Personne ! Alors qu’il n’est pas rare aujourd’hui de voir des denims troués vendus 200 € sous prétexte que c’est comme ça que ça se porte. L’industrie du textile tente de “misérabiliser” l’être humain, il ne faut plus qu’il brille, il doit être un parmi les autres. Il n’y a plus de poésie, on lui vend du noir ou un style sportwear, il n’y a plus d’accessoire ni rien qui fasse rêver.

J’imagine qu’il existe des références ultimes dans ce domaine, des icônes. Qui sont-ils?
Les représentants de ce style, ces hommes que vous croisez parfois gantés, verres fumés sur le nez, portant un Borsalino ou une casquette Newsboy avec à la main un beau sac en cuir ou une canne s’appellent les “Barons” du GranDandytisme. Un esprit « dandy» avec une attitude plus contemporaine et moderne. J’entends par là que les “Barons” ne passent pas leur temps dans des salons à jouer des mots comme ils le faisaient à l’époque de Brummell, oisifs et profitant de la vie. Ils ont une vie on ne peut plus normale avec un travail, une famille et des occupations. S’il devait y avoir des icônes ou des références, le premier serait Jean Gabin, dont je parlais plus haut, qui est le «Baron des Barons» ! Dans le sens où lorsque vous aurez un doute sur le port de tel ou tel vêtement, (dois-je mettre des chaussettes, ce pantalon n’est-il pas trop court, est ce que je ressemble à un arlequin?…), vous vous demanderez si le grand Jean l’aurait fait. Les autres icônes de ce mouvement populaire d’élégants sont, Lino Ventura, Belmondo et Alain Delon.

Logan O'Malley par Rose Callahan

Logan O’Malley par Rose Callahan

Pendant que je te tiens, un de tes posts a fait une petite polémique sur fb, concernant le manque de virilité des hommes actuels en illustrant ton propos avec une vidéo de défilé de mode de lingerie masculine. Tu nous expliques?
Oui c’était une vidéo montrant de jeunes hommes déambulant dans le style « voguing » pour une marque de leggings pour hommes ( cherchez l’erreur). Montés sur des hauts talons torses nus, à tortiller du boule comme des tapins du bois de Boubou. Disons que si c’est la représentation de l’homme que veut nous montrer la société, c’est un peu too much. C’était plus une boutade qu’autre chose après je ne suis pas responsable des réactions et autres commentaires écrits par ceux qui réagissent. Mais c’est vrai que l’homme a perdu un peu de sa crédibilité, l’état “kidult”, post adolescent après 35 ans ( le dernier mot inventé étant « quinqado »ou ces cinquantenaires qui vivent comme des ados) est très développé et il n’est pas rare qu’une femme qui a un enfant dise à ses amis qu’avec son homme ça lui en fait deux. Et puisqu’on parle des réseaux sociaux, il n’y a jamais autant de réactions que quand je poste une photo avec l’élégance d’avant et le style “clochardisé” que l’on veut nous vendre aujourd’hui. Comme quoi le peuple est pour un retour au style et à l’élégance, même si comme je l’ai dit auparavant si on se fie aux pages des magazines homme à 2000 euros le complet sur le mannequin, on se dit que ce n’est pas pour nous et on réenfile son jean et son sweat.

Vous êtes le héros de votre vie, vous vendez du rêve à tel point que les gens vous prennent en photo!

Ca représente tout de même un sacré budget tout ça. Quels conseils prodiguerais-tu à une personne souhaitant s’orienter dans cette voie.
“-La valeur de ce que je porte n’est rien par rapport à la valeur que je lui apporte” disent les “Barons”. Je dis souvent que ce que je porte je l’ai trouvé au sol, je m’explique : Le concept du Frenchteush est de ne pas nourrir le système de l’industrie du textile, esclavagiste et non respectueuse de l’environnement. C’est pour cela que nous préférons les magasins de seconde main ou les magasins sociaux pour nous habiller. Quand tu trouves un costume de tailleur qui aurait coûté 2000 €, somme impossible à débourser, à 60 €, d’un coup l’envie d’être chic devient naturelle. J’ai déniché des Saint-Laurent, des Balmain, des Paul Smith, Church’s et autres Weston dans des brocantes et des vides greniers à des prix si bas qu’il aurait été dommage de ne pas en profiter. Donc l’argent n’est pas le point essentiel du GranDandytisme bien au contraire. L’idée serait plutôt de dépenser moins pour “briller” plus. C’est comme décider d’arrêter de se ravitailler dans la grande distribution et préférer aller à la ferme ou prendre des paniers bio dans un relais pour sa semaine, c’est juste un changement d’habitude de consommation. Ce que je trouve le plus excitant dans cette démarche, c’est que l’on ne sait jamais ce que l’on va trouver, et si on trouve on sait qu’il n’y aura pas les 2 tiers de la planète qui aura la même chose que ce que l’on porte. Le conseil n°1 que je peux donner, c’est de prendre chez soi ses mensurations (épaule à poignet, épaule à épaule, tour de tête, tour de taille, taille à la cheville) et de ne jamais se séparer de son mètre ruban. Lorsque vous croiserez un magasin de seconde main ou que vous irez sur une braderie, si vous voyez une pièce intéressante afin de ne pas à avoir à vous déshabiller, prenez les mesures du vêtement et si elles matchent avec les vôtres alors essayez-le si l’endroit le permet et vous aurez peut-être un “Cifonelli” à vos mesures pour une cinquantaine d’euros.

Des projets futurs dont tu souhaites parler?
J’ai eu l’honneur d’être sélectionné parmi les plus grands élégants de la planète par Rose Callahan et Nathaniel “Natty” Adams pour leur deuxième ouvrage traitant du dandysme à travers le monde. Ce livre c’est “We are dandy”, la suite du “I Am Dandy” sorti il y a 4 ans. Donc à l’occasion de la sortie européenne je serai avec les “Barons” présents dans le livre, au Pitti Uomo à Florence en janvier 2017, puis à Paris, Londres, Bruxelles et d’autres villes qui s’ajouteront par la suite pour faire passer notre message, qui est d’inspirer le peuple et de lui permettre de mieux s’habiller sans se ruiner dans ce style masculin, chic et classique que j’ai nommé le GranDandytisme Frenchteush, et qui commence à faire des adeptes car nombreux sont les hommes qui rêvent de porter de beaux costumes quoiqu’on en dise. Par la suite j’ai dans l’idée de sortir un livre sur ce mouvement d’Élégants, avec des conseils, les règles de base de l’habillement, ainsi que de laisser la parole aux protagonistes de ce style qui ne cesse de faire parler de lui. Courant 2017 le blog des “Barons du GranDandytisme” sera en ligne avec sa fameuse rubrique “ Les Brigades Du Style” qui analysera la mode actuelle avec un œil différent de ce qu’on  peut lire actuellement. J’écris actuellement pour le blog inthemood.tv crée par Lord Sun, le “Baron” de Malendure” qui traite de lifestyle, musique, expos, ou je présente notre mouvement en postant des styles, toujours dans le but d’inspirer les plus jeunes ou ceux qui désirent mettre un peu d’élégance dans leur vie, ainsi que des sujets qui me tiennent à cœur.

WeAreDandy_Cover_

Pour conclure, je dirais que l’élégance est propagatrice d’amour et de respect, et que grâce à des tribunes comme la vôtre ce que l’on a appelé le GranDandytisme ou la « regLoveution »par le style est désormais bien en marche. Merci de m’avoir offert ces lignes qui j’espère seront lues et comprises par le plus grand nombre afin de redonner les lettres de noblesse à cette élégance incomparable que nos aînés nous ont laissé en héritage… Peace !

Plus:
facebook.com/baronxl

Vous avez aimé? Faites tourner!
Restons en contact ! Inscrivez vous à la WANKR Newsletter !
Je m'inscris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.