Entre lois de plus en plus liberticides et une surveillance généralisée de tous les individus via les réseaux sociaux et entre autres l’utilisation de nos smartphones, nous sommes en droit d’être inquiets quand aux dérives qui nous pendent au nez. Afin d’éclairer les nombreux sceptiques sur la situation, le documentaire Nothing to Hide apporte plusieurs éléments de réponses.

Réalisé par Marc Meillassoux, ce documentaire pointe le doigt sur les dangers d’une surveillance généralisée et souhaite faire prendre conscience aux adeptes du « je m’en fous, je n’ai rien à cacher » que nous sommes TOUS concernés. En effet, à l’heure actuelle des entreprises comme Google ou Facebook collectent massivement les données des utilisateurs (identités, habitudes de navigation, goûts, orientations sexuelles, état de santé) afin de les revendre à des entreprises. Une collecte de données colossale permettant à ces dernières de nous proposer du contenu et des services ciblés. En clair, de nous ficher. Du pain béni pour les régimes totalitaires qui ont à disposition un parfait dispositif permettant de contrôler les populations.

Donc nous sommes en droit d’être inquiets. Les naïfs se rassurant avec ce fameux « je n’ai rien à cacher » font fausse route. Car nous avons tous quelque chose à cacher. Il s’agit de la chose la plus élémentaire : notre intimité! Or, celle-ci est violée quotidiennement.
Comme le souligne Edward Snowden dans le documentaire, ignorer la situation relève du suicide : « Dire que votre droit à la vie privée importe peu car vous n’avez rien à cacher revient à dire que votre liberté d’expression importe peu, car vous n’avez rien à dire. Car même si vous n’utilisez pas vos droits aujourd’hui, d’autres en ont besoin. Cela revient à dire : les autres ne m’intéressent pas »

Nothing to hide

Le réalisateur a conçu ce documentaire dans le but de combattre l’émergence d’un régime totalitaire : « (…) Notre documentaire veut davantage insister sur le second aspect, sociétal : une tyrannie, qu’elle passe par une agression physique extérieure ou par la scrutation permanente de la population, reste une tyrannie. La surveillance policière est le fondement d’un État policier. Il faut se demander ce que c’est que de vivre dans une société où nos juges, avocats, chercheurs et journalistes sont potentiellement surveillés et sous contrôle. »

Bref, un documentaire pertinent et indispensable donnant la parole à des spécialistes de la surveillance, lanceurs d’alerte, chercheurs, militants, hackers, etc. Si le sujet vous intéresse, ses projections débats sont prévues du 26 septembre au 20 novembre. L’essentiel des dates à retrouver ici.

Nothing to Hide sera disponible en streaming à partir du 30 septembre sous la licence Creative Commons. Un choix motivé par l’importance de véhiculer l’information et toucher un large public. On ne peut que saluer ce geste hautement symbolique.

Source

Vous avez aimé? Faites tourner!
Ne manquez plus aucun article ! Inscrivez vous à la WANKR Newsletter !
OK !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.