Donc tu es célibataire et tu n’as pas envie de le rester. Tu as plusieurs options, tu peux sortir en boite et dans les brumes alcoolisées de la soirée, espérer rencontrer quelqu’un pour réchauffer les longues nuits d’hiver, mais l’hiver est encore loin et tu n’es pas sure qu’un casting boite de nuit dure jusqu’aux premiers frimas, et puis en boite de nuit tu n’y as pas été depuis longtemps, depuis qu’on te demandait tes papiers à l’entrée en fait, et la, tu ne saurais même pas où aller, et puis quelles sont les chances de rencontrer quelqu’un de ton âge en boite, ou quelqu’un qui corresponde à ta longue liste de critères, soigneusement élaborée depuis que tu as vu le loup la première fois et enchaîné les relations plus ou moins foireuses depuis.

exhausted-woman

Tu peux aussi espérer rencontrer quelqu’un sur ton lieu de travail, découvrir une foultitude de points communs lors d’une réunion, enchaîner avec un déjeuner romantique à la cantine, un afterwork cosy en troisième rencard et une belle histoire romantique dans la foulée. Sauf ! Sauf que dans ta boite, les seuls célibataires non grabataires sont les geeks du service informatiques et avec ta veine, ceux la sont boutonneux et habitent chez leurs parents en banlieue lointaine. Et puis en plus il paraît que ça ne se fait pas de séduire ses collègues : no zob in job !

Donc il te reste quoi comme option ? Internet, l’amour et le sexe 2.0. Les statistiques sont formelles, ça fait déjà un paquet d’années que l’amour du futur se conjugue sur la toile : 54% prédisent que l’importance des sites de rencontre augmenterait dans le futur et 65,7% disent croire au procédé de matching de ces derniers. (Source : étude du site de rencontre Parship, septembre 2015). Et puis soyons réaliste, si Facebook avec un algorithme et trois clics réussi à te remettre en contact avec Mathieu, ton premier amour de ce1, perdu de vue depuis le CE2, qui mesure toujours 1,12m et que Google, avec un autre algorithme, réussi à te balancer des pubs pour des chaussures dont tu as juste rêvé, dans ta pointure et en bas de chez toi, il y a fort à parier que Meetic, Parship, Adopteunmec, Tindr, les autres et tous leurs algorithmes, soient plus doués que tes copines qui s’entêtent à te présenter leurs voisins, cousins, plombiers dont la seule caractéristique approchant ta longue liste de critères perso, est un vague statut de célibataire, plus ou moins vérifiable.

via GIPHY

Donc ce soir c’est décidé, tu sautes à pieds joints dans la modernité et tu t’inscris sur un site de rencontre… pour commencer, parce qu’en fait rien ne t’empêches de t’inscrire sur plusieurs site, tu peux même tenter l’exhaustivité, si tu as la foi.

L’avantage c’est que l’offre pullule, que toutes tes copines ont déjà tâté de l’algorithme avec plus ou moins de succès et qu’elles ont débroussaillées l’offre pour toi.

Sur le chemin du tram, tu profites de la lumière rasante pour essayer de prendre un selfie élégant et inspiré. Tu marches dans deux crottes de chiens, tu te manges un poteau et deux vieilles mais tu la tiens ta photo de profil.

Dans le tram tu commences à réfléchir à ta description, tu listes 94 adjectifs qui te décrivent au plus près. Tu n’en es pas encore à faire des phrases, mais l’idée est là.

Dans la queue de la boulangerie, tu repasses dans ta tête ta longue liste de critères. Ah si j’étais un algorithme….

Arrivée chez toi tu lances tes chaussures dans un coin (tu es ordonnée), tu sautes dans un jogging informe (complètement raccord avec les photos de toi en robette sexy que tu comptes afficher), tu attrapes ton ordi et tu t’installes dans le canapé avec la baguette que tu as déjà à moitié mangé (parfaitement conforme à ton hygiène de vie virtuelle) et tu commences à te décrire en 2 paragraphes 14 questionnaires et 18 photos (tu as heureusement mieux que le selfie pris sur la route du tram).

Premier ping informatique. Tu as reçu un charme/baiser/message/coucou (fonction de la terminologie du site). Interloquée, tu regardes l’heure : ça fait 45 secondes que tu es inscrite. Tu regardes ton profil : ta première photo n’est pas encore complètement downloadée (8 Mo, tu ne te brades pas non plus) et ta page n’affiche que ton sexe (fille, pas une photo de ta chatte, soyons claire de suite), mais pour autant tu as déjà du succès. Le rendement est remarquable ! Donc tu te dépatouilles dans le menu du site pour aller voir la fiche de ton tout tout premier prétendant virtuel. Photo carré style instachic, age : 21 ans aïe….. il va falloir remplir plus de cases pour filtrer les profils de façon cohérente. Déjà par âge, ce sera un bon début. Donc 25, non 30/45, pas question de laisser des gamins encore chez papa maman t’envoyer des pings à tout va. Entre temps tu as eu 7 pings et ta deuxième photo n’est toujours pas en ligne. Sur les 7, un seul trentenaire, photo carré style instachic, un peu plus de barbe que les vingtenaires et un court texte de description. Il cherche une relation durable, il travaille dans la com, il a un look rebelle, il aime les concerts et les voyages, les chiens et les voitures rouges, c’est un romantique et il passe les premiers filtres que tu as instauré (âge, CSP, taille, poids, département, style vestimentaire, goûts musicaux, origine ethnique). Ta curiosité est piquée et tu le re-ping pour qu’il puisse t’écrire. Comme ça, facile, rapide, efficace. Merci dieu Algorithme, il envoie un message dans les 5 minutes : Salu, tu fé koi ce soir ? Donc il travaille dans la com et il est romantique. Ou alors il est possible que le site ne vérifie pas tous les renseignements personnels, comme le poids, que tu as allègrement réduit de 3 kilos sur ta propre fiche pour mieux coller à ta personnalité…..

via GIPHY

Un pot de nutella et trois cafés plus tard, tu as un profil sur trois sites différents :

Un pour la consommation à court terme sur lequel tu discutes allègrement avec 4 Don Juan, hyper motivés pour un CDD de sex-friend sans obligations, commençant si possible dans une demi-heure. Si tu compares avec les efforts que tu aurais dû déployer pour obtenir le même résultat en boite, tu es largement gagnante. Tu es dans ton canapé, en jogging, pas épilée et il y a 4 mecs qui te courent après. Tu penses à la difficulté de ferrer 4 mecs dans la même boite simultanément sans pour autant rejoindre les statistiques de viol en réunion et tu te dis qu’internet gagne des points. En plus tu n’es pas obligée d’enquiller les mojitos et de te déhancher en remuant les bras !

Amour, internet

Un pour rencontrer du trente/quarante/cinquantenaire sérieux, en vue d’un CDI. Bon ok là tu as rempli 4 pages de questionnaires, deux tests de personnalités et trois listes de critères aussi exhaustives qu’un questionnaire de recrutement pour la CIA, mais tu as la certitude que demain ou au moins dans la semaine, Saint Algorithme te dénichera les 2 ou trois profils qui peuvent au mieux te correspondre dans la base de donnée. Et la normalement, le Jackpot ! Tu vas rencontrer la perle rare qui n’existe que dans tes comédies romantiques préférées et avec qui tu filera le parfait amour. Ça, c’est si la perle rare a eu la patience de répondre au questionnaire de la CIA et si il y a répondu en toute franchise.

dating

Un site généraliste avec un catalogue épais comme l’encyclopédie Universalis où tu n’as que l’embarras du choix mais où tu risques d’avoir à faire un pré-tri sévère avant de dénicher un rencard valable. Mais bon question choix, tout est là. Du trentenaire citadin branchouille, plein de tatouages, qui roule en vespa et qui prendrait bien un pot à Montmartre demain soir pour faire plus ample connaissance, un électricien banlieusard sexy, tendance libertin, expert en massage tantrique, volontaire pour expertiser ton installation électrique et plus si affinité, un poétique quadra Lyonnais, sosie de monsieur Propre (chauve en somme) qui, selon ses propres termes, “n’habite pas le 69 pour rien”, un routard grisonnant mais avec de beaux restes (photos en pieds devant le Taj Mahal, le Machu Pichu et j’en passe, à l’appui) qui cherche une compagne de voyage mais surtout un auditoire captif pour parler de tout ce qu’il a vu, un marin breton (en vrai, un gardien de phare qui s’emmerde sévère sur son caillou), un fraichement divorcé un peu aigri et ça ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Tu sens qu’il y de quoi occuper de nombreuses et longues soirées à fouiller dans cet échantillon d’humanité. Tu sens que tu pourrais t’y perdre et ne jamais rencontrer personne de sérieux ou de compatible mais tu sens aussi que tu pourrais enchainer les rencards marrants, et qui sait, avec un peu de chance, tu pourrais rencontrer le mouton à cinq pattes qui te ferait rêver.

En attendant il est 4 heures du matin et si tu veux avoir une chance de te réveiller pas trop fripée pour ta réunion de neuf heures, il est temps de débrancher, surtout que demain tu as déjà un rencard pour le déjeuner et un « café » à Montmartre à 19 heures….

soiree-alcoolisee

Vous avez aimé? Faites tourner!
Restons en contact ! Inscrivez vous à la WANKR Newsletter !
Je m'inscris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.